Rechercher

Accepter un traumatisme

Un traumatisme psychologique est par définition intolérable. Dans cette situation, il est possible de se sentir abandonné, brisé ou incomplet(e). De plus, ces traumatismes résultent en une réorganisation fondamentale de la façon dont le cerveau et l’esprit gèrent les perceptions. Ils changent la façon de penser, le sujet des pensées ainsi que la capacité même de penser. Ces pensées peuvent se constituer de “flashbacks” de l’événement traumatisant, et ce, en état d’éveil et/ou dans le sommeil (cauchemars).

Concrètement, plusieurs structures du cerveau sont en réaction au traumatisme, notamment l’hippocampe (mémoire), l’amygdale (gestion des émotions et de la peur) et le cortex pré-frontal (fonctions exécutives et autorégulation).


L’une des clés pouvant vous sortir de ces traumatismes est la résilience ou l’acceptation de la situation telle qu’elle est. Même si c’est très simple à dire, c’est très complexe à atteindre. Le yoga, parmi plusieurs autres outils, permet de se recentrer sur soi-même, mais aussi de calmer le système nerveux sympatique par la méditation, la respiration ainsi que par la dépense du trop plein d’énergie lors de la pratique des postures (asanas). Il est même possible que votre vision du monde et de vous-même se modifie, pour finalement vous percevoir comme un tout, complet(e) tel que vous êtes. C’est là que peut s’installer l’acceptation.


S’outiller :


Il faut savoir que plusieurs types de yoga peuvent aider à calmer le système nerveux et à centrer l’attention sur le moment présent. Le yoga nidra met l’emphase sur le sommeil éveillé, étant donc très doux et accessible à la majorité des gens. Il invite les participants à méditer de plusieurs façons. Les cours de Hatha yoga sont aussi une bonne option, tout en incluant des postures un peu plus exigeantes physiquement.


Peu importe à quel type de cours vous participez, voici quelques règles d’or pour optimiser votre récupération à la suite d’un traumatisme :

  • Assurez-vous de savoir à quoi vous attendre dans la séance (apprenez la séquence, si c’est toujours la même qui est utilisée à chaque cours ou demandez au professeur d’expliquer le contenu de la séance, de mentionner si les lumières resteront ouvertes pendant toute la durée du cours ou non, etc.).

  • Utilisez les options/postures qui vous conviennent.

  • Ne vous obligez pas à faire quelque chose qui vous rend mal à l’aise.

  • Si possible, optez pour des postures assises au sol et utilisez un traversin, des blocs et un coussin de méditation pour assurer votre confort et réconfort.


Que vous souhaitiez tenter le yoga ou non, vous pourriez aussi essayer la technique dépolarisante. Cette technique s’appuie sur la prémisse que nos jugements sont basés sur nos expériences passées et qu’il est préférable de ne pas juger une chose/ un événement comme étant bon ou mauvais. Pour appliquer cette technique, suivez ces étapes :

  • Identifiez vos jugements pour comprendre d’où ils viennent.

  • Pensez à un événement que vous percevez actuellement comme étant négatif et tentez de l’observer du point de vue inverse (positivement).

  • Observez la différence des sentiments que vous éprouvez.

  • Est-ce possible de mettre les deux lunettes ensemble et de ressentir les deux types d’émotion en même temps?


J’espère sincèrement que cette petite introduction au monde du traitement des traumatismes par le mouvement physique et l’introspection vous aura donné quelques outils et/ou notions additionnels.


Je vous souhaite bon courage dans votre quête vers l’acceptation.


Sarah


- The greatest sources of our suffering are the lies we tell ourselves. (Elvin Semrad)




Références :

Van Der Kolk, B. (2014) The Body Keeps The Score. Penguin Books.

Miller, R. “Healing is Very Personal”: Insight from Veteran and Sexual Trauma Counselor Renee Champagne Davis. https://www.irest.org/blog/irest-action/healing-very-personal-insight-veteran-and-sexual-trauma-counselor-renee-champagne


70 vues0 commentaire